Mesure de radiation dans l’Armée/ Faut-il craindre une chasse à l’homme ?

La hiérarchie militaire est désormais investie de pouvoirs exceptionnels

Vingt (20) éléments des forces de défense et de sécurité en ont déjà fait les frais. Pour insubordination, absentéisme répété et non justifié ou encore manquement à l’honneur et l’éthique régissant la corporation militaire, ils ont été radiés de l’effectif militaire, selon une source militaire rapportée par un confrère. Cette mesure qui fait suite à la volonté de la hiérarchie militaire de ramener l’ordre dans les rangs, en réponse aux nombreuses mutineries constatées depuis des mois  sur l’étendue du territoire national. Toujours selon cette source, le chef de l’Etat, le président Alassane Ouattara aurait même pris une ordonnance visant à donner mandat aux différents états-majors, de procéder à des radiations dans leurs rangs sur simples rapports de la hiérarchie, pour les raisons susmentionnées. Cette mesure du Chef suprême de l’Armée est salutaire de prime abord, au regard de la proportion inquiétante que prend l’insécurité en Côte d’Ivoire.

La mesure arrêtée par le Chef de l’Etat est salutaire pour le bien des Ivoiriens. Mais elle nécessite un suivi dans son application.

Toutefois, certains observateurs avertis de la scène politique ivoirienne s’interrogent sur l’opportunité d’une telle permission, dans la mesure où à l’instar de toute organisation professionnelle régis par des règles, la hiérarchie militaire qui est caractérisée par la rigueur disciplinaire a le droit de révoquer tout élément se rendant coupable de manquement. Seulement, la question que se pose bon nombre de citoyens, et dont votre journal en ligne www.woroba.net a tenu à se faire l’écho, c’est la tournure que prendra une telle liberté de radiation. Une chasse à l’homme n’est-elle pas à craindre au sein de la grande muette ? Quand on sait les nombreuses suspicions et autres situations de méfiance nées de la crise post-électorale ? Disons le tout net, le mal dont souffre notre armée est profond, même très profond. Autoriser dans ces conditions une telle mesure ouvrira sans nul doute, le boulevard à plusieurs excès, et l’effet boumerang tant redouté finira par survenir si l’on n’y prend garde. Mesure préventive salutaire certes, mais qui nécessite une visibilité approfondie dans son exécution tout de même.

Aubin N’Guessan

Laissez un commentaire