Côte d’Ivoire/Eglise Catholique : Augmentation du montant de l’offrande de messe de grâce, Mgr Ignace Bessi explique tout

La polémique sur l’augmentation du montant de l’offrande de messe d’action de 2000 à 3000 F CFA a fait pleuvoir des commentaires sur les réseaux sociaux voire même dans le milieu catholique, lors de la prise de cette décision, à l’occasion  la 108e Assemblée plénière de la Conférence des évêques catholique de Côte d’Ivoire (CECCI), tenue du 15 au 21 janvier dernier à Bouaké.

Abordant à nouveau ce sujet, le président de la 108ème Assemblée plénière de Rechercher de la CECCI, Mgr Ignace Bessi, a apporté des précisions sur cette décision de la haute sphère décisionnelle de Rechercher de l’église Catholique en Côte d’Ivoire.

« (…) Il nous faut comprendre qu’on ne peut pas acheter une messe. Jésus a donné sa vie par obéissance et cela n’a pas de prix. Cependant, il y a quelqu’un qui rend actuel ce sacrifice et c’est le prêtre. Celui qui offre ce sacrifice du Christ doit pouvoir en vivre. C’est pourquoi l’Église demande une contribution à ceux qui ont des intentions particulières. Ce n’est pas obligatoire, on peut ne pas demander de messe si on n’a pas d’intention particulière », a-t-il expliqué.

Toutefois, pour lui, les chrétiens catholiques devraient pouvoir s’adapter aux réalités de la vie.

« Dans la même période, dans certains pays le montant de l’offrande de messe a beaucoup changé. Quand j’étais en France au début de ma fonction de prêtre, les offrandes de messe étaient 7 francs au moment du  temps du franc.

Elles sont maintenant à 17 € voire 20 € dans certains diocèses. Il est amusant de voir que nous qui sommes pauvres voulons garder le même montant alors que la vie devient plus chère.

Il est évident que le prêtre ne doit pas mener une vie de pacha mais il est fait obligation à sensibiliser les fidèles pour que les prêtres vivent de manière décente. Les fidèles doivent comprendre que ce montant ne restera pas statique pendant 30 ans encore. Désormais, les catholiques ivoiriens doivent s’attendre à ce que le montant des offrandes de messe s’adapte à l’évolution du niveau de vie », a-t-il encore souligné.

Désirée Tapé

Laissez un commentaire