Côte d’Ivoire / MASA 2018 : le prix des tickets fixé à 5000 f CFA pour 300 spectacles

Le Dg du MASA le professeur Yacouba Konaté invite les journalistes à la réussite totale du MASA.

En prélude de la 10ème édition  du Marché des Arts et Spectacle d’Abidjan (MASA), qui se tiendra du 10 au 17 mars prochain à Abidjan et dans certaines villes de l’intérieur du pays (Bouaké, Bondoukou, Korhogo, Yamoussoukro et Tiassalé, sous la conduite de son   Directeur Générale le  Professeur Yacouba Konaté, la direction générale du MASA a organisé une conférence de presse à son siège sis au Plateau ce jeudi 8 février.
 Face à la presse nationale et internationale, le Dg du MASA a indiqué que  l’objectif de cette rencontre avec la presse était de présenter en premier lieu  le MASA 2018 dans ses différentes articulations et en second lieu faire  une projection sur le site du Masa pour montrer aux journalistes le ‘’comment s’inscrire’’.
 Au cours de cette rencontre avec la presse, le Professeur Yacouba Konaté, d’entrée de jeu, a  tenu à remercier les hommes de médias  pour le soutien qu’ils ont apporté à la direction du MASA lors des précédentes éditions. Sans oublier l’équipe des conseillers et de la direction. « Au fur et à mesure que nous avançons vers le jour J nous-nous attachons  l’appui de bénévoles jeunes gens  qui viennent nous aider à conduire la manifestation. Depuis 2014 où le ministre de la Culture m’a confié la gestion de ce programme de développement culturel, je considère que depuis ce temps, il a fallu faire redémarrer la machine qui a plus ou moins pris son envol en 2016. Il est arrivé un moment où nous avons voulu stabiliser l’élan, voir comment maintenir une vitesse de croisière aussi longtemps possible. Il est important qu’on se parle pour que vous ayez les bonnes informations », a-t-il indiqué.
 Se prononçant sur l’information faisant état  du financement à plusieurs milliards pour l’organisation du MASA parue dans certains journaux, sans ambages, il a apporté un démenti à ces écrits qui s’avèrent faux. Pour ce faire, il a saisi cette opportunité pour éclairer et situer l’opinion nationale et internationale sur la véracité de cette information. «  Certains journaux ont écrit que nous recevions plusieurs milliards pour l’organisation du MASA. Ce qui n’était vrai. Ce que vous devez savoir, c’est que la coopération internationale intervenait pendant longtemps dans la gestion à un très haut niveau de cet événement culturel.  C’est pourquoi on pouvait dépasser les milliards dans le budget. Et la coopération internationale s’est retirée pour de bonne raisons et l’Etat a continué de donner ce qu’il avait l’habitude de donner. C’est parce que l’Etat donne plus que les autres qui donnent moins que l’Etat est en bomme position », a-t-il révélé.
«  Le MASA est né en 1993. Pour commémorer ce 25ème anniversaire nous avons décidé de faire un colloque, une exposition photo, faire le point de nos archives, de nos analyses et de nos textes. Je pense qu’une manifestation comme la notre ne peut pas prospérer avec une structure aussi minimale. Pour ce faire, le Conseil d’Administration du MASA a  adopté un texte  organique pour avoir une direction générale  plus étoffée. Le MASA ce n’est plus le Marché des Arts du Spectacle Africain. C’est plutôt le Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan. Comprenez qu’à partir du moment où la coopération internationale apporte moins d’appui, nous pensons que c’est de bonne guère que le District Autonome d’Abidjan s’implique davantage dans la  gestion du MASA », a-t-il précisé.

Les journalistes ont pris une massive à cette conférence de presse.

«  Nous allons faire en sorte que cette année nous puissions maintenir  rapports avec nos partenaires, les pays fondateurs du MASA comme la Belgique et le Québec, la France, l’Institut français et  l’OIF qui reste toujours notre partenaire et notre parrain du MASA. Nous avons aussi essayé de réfléchir sur le programme économique du MASA. C’est pourquoi, nous avons  choisi  le thème de cette année qui est : ’’ Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? Festivals, Troupes et Salles de Spectacles’’ », a-t-il ajouté.
 Pour répondre à ce modèle économique, le professeur Yacouba Konaté a indiqué que la direction générale du MASA a décidé d’impliquer les opérateurs culturels qui sont sur les champs de spectacles qui vont organiser des spectacles qui seront payants. Pour relever ce défi, la direction générale a décidé de vendre des bracelets  à 5000 F CFA pour avoir un accès libre à tous les spectacles du festival à l’exception d’un certains nombre durant une semaine.
« Le rôle du MASA c’est activer le levier de la culture. Nous voulons sortir du modèle économique de la gratuité. Les entrées seront payantes et nous-nous donnerons les moyens pour que ça soit payé. Nous avons aussi mis les techniciens de spectacles au cœur de notre organisation pour éviter que les spectacles ne commencent pas avec du retard. Nous allons même faire une petite formation avec les animateurs de plateaux.  Cette année nous avons décidé de réduire le nombre d’artistes invités.  On a aussi  décidé de ne plus payer le billet pour les professionnels qui viennent, mais s’ils arrivent ici, nous les prenons en charge. On ne paie pas non plus de billets pour les journalistes qui arrivent », a-t-il dit.
Par ailleurs, le professeur Yacouba Konaté  n’a pas manqué de dire aux journalistes que le MASA bénéficie cette année de manière spécifique de l’appui du ministère de la jeunesse qui a autorisé    les locaux de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS), pour loger   l’essentiel des festivaliers et tous les artistes qui vont venir.
«  Les perspectives générales sont bonnes et encourageantes parce que nous avons l’engagement des associations professionnelles. L’OIF, l’Institut Internationale de Théâtre vont tenir des séminaires. La société internationale des auteurs et compositeurs va faire également un forum, l’institut international s’est inscrit pour avoir une journée entière, il aura un atelier de la mode et de l’industrie culturelle. Indépendamment de ça il aura des formations.  On va donner une formation qui sera pilotée par le Conseil des Arts du Canada qui va apprendre à tous ceux qui s’occupent des spectacles pour les enfants afin de développer d’autres chances émotionnelles » a-t-il conclu.
  Du 27 au 30 septembre 2017, le Comité Artistique International du MASA a analysé 677 dossiers de candidatures. A l’issue des travaux, le Comité Artistique International a arrêté  la liste des groupes artistiques sélectionnés qui se présente comme suite : 20groupes en Musique, 8 en Danse, 8 en Théâtre, 8 en Conte, 10 en Humour, 7 en Arts de la rue et 3 en Slam. C’est ainsi que 64 groupes dont 11 de la Côte d’Ivoire ont été retenus dans la sélection officielle.
 Le budget attendu cette année pour l’organisation de ce festival  est estimée à 900 000 000 F CFA. Il est important de noter que cette rencontre avec la presse a enregistré la présence effective du Directeur du Palais de la Culture M. Koné Dodo, des représentants des partenaires (Air Côte d’Ivoire, Solibra) et de Mme Chantal Nabadema.
Fofana Zoumana

Laissez un commentaire